Récit – Regard d’un beau-fils

Récit - Regard d'un beau-fils "Je suis un trait d’union entre deux maisons qui s’opposent et se rejettent, un trait d’union qui n’unit pas. Suis-je responsable de tout ça ? il me faut un(e) coupable, expliquer l’inexplicable."

Récit – Regard d’un beau-fils

Je m’appelle Enzo, j’ai 11 ans.
Est-ce que tu vas me lire ? Est-ce que tu vas m’écouter ?

Je ne sais pas trop pourquoi, mais normalement je ne parle pas.
Enfin, pas de moi.
J’agis, je cris, j’ignore, je m’oppose, je rejette, je « mens » qu’on me dit tout le temps, je « n’écoute rien » il paraît, je ne « respecte pas » que j’entends souvent.

J’ai la raaaage .

Je me demande si je ne suis pas deux en moi.
J’ai deux maisons, j’ai deux anniversaires, j’ai deux parents séparés, j’ai deux beaux-parents.
Tout se divise en deux : les vacances, les semaines, les journées même. Mon âme, ma tête, mes habits, mes jouets, mes DEMI-frères.

Je me demande si je suis divisé ou multiplié. « Oh c’est chouette d’avoir deux anniversaires, deux chambres, deux adultes en plus, des frères des deux côtés », il paraît.

Parfois mon cœur se divise :
Si j’aime papa, est-ce que maman sait que je l’aime ?
Si j’aime maman, est-ce que papa croit en mon amour ?
Si j’aime ma belle-mère, est-ce que je fais du mal à maman ?
« Ton papa il ne t’aime pas » qu’elle m’a dit ma maman, « ta belle-mère c’est une sorcière » qu’elle a rajoutée. « Ta mère c’est une menteuse » qu’il m’a dit mon papa.

Alors j’essaie d’avoir un cœur complet.
J’ai peur de perdre l’amour de papa, j’ai peur de perdre l’amour de maman, mon cœur divisé cri son besoin d’unité.

Je suis un trait d’union entre deux maisons qui s’opposent et se rejettent, un trait d’union qui n’unit pas.
Suis-je responsable de tout ça ? il me faut un(e) coupable, expliquer l’inexplicable.


Cible de choix, ma belle-mère : celle qui me rappelle que mon rêve d’unité est inaccessible, celle que ma maman repousse, le réceptacle acceptable de ma colère, de ma tristesse, de ma division, aimer/rager.

Mon cœur, mon corps, mon âme m’appartiennent-ils ?
Changer de maison – obligation
Liberté d’aimer – Danger
Indépendance de ma pensée – inaccessibilité

Je suis un ballon. Un ballon qui roule d’un côté, de l’autre. Ma tête tourne, mon cœur se chamboule.
Je suis un messager. Transmettre la colère, la rage, la tristesse, le rejet.

Je suis aussi multiplié.
Multiplicité des règles, des échanges, des familles, des maisons, des vacances. Je crois aussi que ma colère, et ma tristesse sont multipliées.
Multipliée aussi ma carapace, celle que je crée et qui empêchent les autres de voir mes failles, ma fragilité, ma peur, ma division.
Multipliée la carapace qui empêche les autres de me voir.

Je préfère être rejeté qu’oublié.
Je préfère être acteur de rage et de colère qu’objet n’ayant aucun impact sur les choses.
Je me débats avec moi-même.


Je me débats contre toi, ma belle-mère. Mais ce n’est pas la personne que tu es que j’attaque, c’est ta place. Ta place de marâtre des contes de fées, celle qui me permet de me représenter physiquement la source de ma division.

Je me débats avec l’amour/le rejet et tout ce qui s’oppose en moi, espérant qu’un jour mes oppositions chantent à l’unisson.

Pour voir le regard de la belle-mère : https://ladouceurdesherissons.com/recit-regard-dune-belle-mere/

Vous avez aimé cet article? likez – partagez – merci

© La douceur des herissons – accompagnement familial pour belles-mères en difficulté / familles recomposées
Rejoignez le groupe facebook: https://www.facebook.com/groups/371661113796238
Ma page : https://www.facebook.com/douceurdesherissons
www.ladouceurdesherissons.com

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email