Récit – Regard d’une belle-mère

Témoignage d'une belle-mère : "Qui me comprendra ? Qui comprendra les tempêtes aux courants qui s’opposent et s’entrechoquent en moi ? "

Récit – Regard d’une belle-mère


Je m’appelle Agathe, j’ai 30 ans.

Est-ce que je peux parler ?
Est-ce que tu vas me juger ?

Je sens ton regard, j’ai peur.
Je sens ton rejet, j’ai mal.

Je suis belle-mère, marâtre, vilaine, belle-maman, stepmother.
Je suis perdue, je suis épuisée, je suis fatiguée, je suis… Qui suis-je ?

Je ne sais plus vraiment qui je suis. Suis-je la femme aimante, le cœur gros, qui aime son homme et ses enfants ?
Suis-je celle qui a toutes les bonnes intentions du monde pour faire le bien autour de moi ?

Ou suis-je la vilaine, la mauvaise, la jalouse et la rageuse qui ne se sent pas respectée, qui ne me sent pas écoutée, qui disparaît à l’instant même où les enfants de l’homme que j’aime passent le pas de la porte ?
Celle qui ne se sent plus chez elle, mais qui n’ose pas le dire ?
Celle qui a mal, mais qui se tait ?
Suis-je celle qui est fière de moi ? Ou celle qui a honte, qui culpabilise ?

Opposition en moi / Injonction paradoxale hors de moi :

Aime-les comme tes enfants / tu n’es pas la mère.
Implique-toi dans leur scolarité / n’en fait pas trop, ne viens pas aux rendez-vous parents-profs.
Chez toi, fais comme tu veux / et sa mère, elle va en penser quoi ?

La belle-mère impliquée n’a pas la même lumière qu’un beau père qui s’implique.

La belle-mère impliquée, c’est celle qui vole la place de la mère, pour qui elle se prend !
Et celle qui fait tout ce qu’elle peut, au point de s’en oublier elle-même, mais c’est bien normal.

Crier intérieurement, injustice qui m’abime.

Opposition sur moi / Désordre en moi :

Mes beaux-enfants m’aiment-ils ?
Me détestent-ils ?
Pourquoi tant de distance ?
L’homme que j’aime va-t-il m’en rendre responsable ?
Suis-je responsable ?

Fuir, j’aimerais fuir … partir loin, me sentir libre, reconnue, entendue, aimée sans conditions, dans toutes mes oppositions.

Légèreté, partir, et ne plus me sentir responsable, lourde de ce poids sur mes épaules qui m’écrase.
Rester, je veux aussi rester, les aimer, faire de mon rêve d’unité une réalité.

Parler de cœur à cœur, d’âme à âme.
Douceur, retrouver de la douceur sous ces piquants acides et brûlant.

Qui me comprendra ?

Qui comprendra les tempêtes aux courants qui s’opposent et s’entrechoquent en moi ?

Je ne suis pas seule, mais je ne le sais pas. Emportée par le vent de ce que je ne maîtrise pas, j’en oublie que, en moi, j’ai toutes les ressources, toutes les réponses, toute la force pour oser rêver et faire de ce rêve une réalité.

Sous ma « cape d’invisibilité », dont on m’a affublée, ou dont je me suis moi-même vêtue, se cache celle qui a le pouvoir de m’aider, de me comprendre, de m’entendre : MOI.

Pour lire le regard du beau-fils : https://ladouceurdesherissons.com/recit-regard-dun-beau-fils/

Vous avez aimé cet article? likez – partagez – merci

© La douceur des herissons – accompagnement familial pour belles-mères en difficultés / familles recomposées
Rejoignez le groupe facebook: https://www.facebook.com/groups/371661113796238
Ma page : https://www.facebook.com/douceurdesherissons
www.ladouceurdesherissons.com

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email